Rechercher
         Partager sur Facebook    Nous contacter    Imprimer cette page          fr  en  de
logo
40e Corrida bulloise

Expo temporaire

31.10.2015 - 20.01.2016
Corrida bulloise
Quarante foulées dans la ville

Une exposition en ville et au Musée gruérien rappelle les moments forts de la Corrida bulloise qui célèbre cette année son quarantième anniversaire. Sept modules jalonnent le parcours dessiné entre le centre historique et le musée. Images et textes mettent en scène les champions des éditions précédentes, l’engagement des participants et des bénévoles, l’enthousiasme du public et la ville décorée en toile de fond. Au rez-de-chaussée du musée, témoignages audio et vidéo, prix souvenirs, affiches et équipements d’époque font revivre cette course à l’ambiance unique. Des images de l’édition 2015 seront diffusées dans les jours suivant la course.

Entrée gratuite.

La Corrida bulloise célèbre cette année son quarantième anniversaire. Au rez-de-chaussée du musée, découvrez les objets, images originales et vidéos qui racontent l'histoire de la manifestation, et témoignent des émotions vécues par les coureurs et le public depuis 1976. Une exposition en plein air rappelle les moments forts de cette course à l'ambiance unique. Suivez l'itinéraire qui chemine entre le Musée gruérien et la place du Marché en passant par les fossés du château. Retrouvez les souvenirs de cette fête sportive et populaire dans le livre "Corrida bulloise - L'arène d'un jour".

Les origines de la course
Dans les années 1960 de nombreuses courses apparaissent en plaine et en montagne, mais elles peinent parfois à trouver leur public. Les fondateurs de la manifestation bulloise, dont Jean-Pierre Cuennet, président de la Société de gymnastique, découvrent en 1975 une course nocturne organisée en ville, la Corrida d'Octodure, à Martigny (VS). C'est sur ce modèle qu'ils développeront la Corrida bulloise, dont la première édition a lieu en 1976. Public et coureurs répondent à l'invitation: on recense 950 inscrits en 1976 et 4765 en 2014.

Championnes et champions
Des coureurs fribourgeois et suisses s'illustrent pendant les premières éditions, dont les locaux Pierre-André Gobet, Jean-François Cuennet et Pierre-André Kolly. Entre 1982 et 1993, Pierre Délèze court huit fois la Corrida bulloise et s'impose à sept reprises. La provenance des coureurs est internationale, et ceci dès la première édition. Des participants issus de France, d'Espagne, des Etats-Unis, puis d'Europe de l'Est et d'Afrique se succèdent sur les podiums bullois. Chez les femmes, Cornelia Bürki s'impose en 1978 et signe le record de l'épreuve. La championne du monde éthiopienne Zenebech Tola (Maryam Yusuf Jamal) remporte la course à trois reprises, en 2003, 2004 et 2012.

La corrida des artistes
En 1989, le peintre Jacques Cesa réalise une banderole artistique pour la Corrida bulloise. Ce sera la première d’une longue série. Au fil des éditions, ces œuvres éphémères sont exposées dans la Grand-Rue de Bulle. Elles sont réalisées par des artistes régionaux, des dessinateurs de presse romands, des classes de la Gruyère. Les artistes de rues et les musiciens des guggenmusiks contribuent également à donner une couleur culturelle et festive à l’événement.

Jeunesse à toute vitesse
A chaque édition de la Corrida bulloise, 60% des inscrits sont des enfants. Actuellement ils sont ainsi plus de 2600 à découvrir les joies et les peines de la course dans les rues de la cité. La participation des jeunes coureurs est importante pour assurer une relève aux champions actuels. Elle contribue bien sûr aussi à l'ambiance chaleureuse et familiale de la manifestation: 2600 enfants, ça fait beaucoup de parents enthousiastes dans le public.

Le taureau pour emblème
Le taureau est l'animal emblématique de la Corrida: depuis 1985 les vainqueurs masculins reçoivent un taureau en guise de récompense, les concurrentes féminines une vachette depuis 1995. La bête offerte est généralement de la race pie rouge, afin de faire écho aux armoiries de la ville, rouges et blanches depuis l'époque fort lointaine où Bulle appartenaient aux évêques de Lausanne.

Une course ouverte à tous
La course n'est pas réservée aux coureurs professionnels. L'édition 2015 comprend 38 catégories ouvertes à tous: enfants, populaires, élite, nordic walking et parcours adapté. Des départs sont donnés pendant toute la journée, et les distances à parcourir varient de 750 mètres à 8,150 km.

Le public et les bénévoles
La Corrida bulloise se déroule sur une boucle illuminée d'un kilomètre dans le choeur historique du chef-lieu du district de la Gruyère. Plus de 200 bénévoles assurent le bon déroulement de la manifestation. Malgré le climat rigoureux de novembre, l'ambiance est assurée par les speakers, les stands de nourriture et de boissons, et les guggenmusiks qui parcourent la ville. Au terme des épreuves et après la proclamation des résultats, la fête se prolonge jusque tard dans la nuit.

La ville en toile de fonds
Un lien fort unit la ville de Bulle et la Corrida. L'espace d'une journée, le centre historique devient une salle de spectacle, l'arène d'un jour. La course revendique une identité urbaine dès son origine; elle constitue un des points forts du calendrier bullois, un point de rencontre apprécié par le public et les coureurs, un rendez-vous de novembre sportif, festif et joyeux. Sans sa Corrida, Bulle ne serait plus tout-à-fait la même.

Vernissage des expositions et présentation du livre «L’arène d’un jour» le 30 octobre à 18h30 au Musée gruérien.
Agenda

L’exposition «Quarante foulées dans la ville» est issue d’une collaboration entre le Musée gruérien et le comité d’organisation de la Corrida bulloise, avec le soutien de la ville de Bulle.

Auteurs des photographies du livre et de l’exposition:
Jacques Cesa, Grégory Collavini, Christophe Dutoit, Claude Haymoz, Keystone, Jean-Bernard Repond, Nicolas Repond, Jean-Roland Seydoux, Juliette Repond, Alpha Photo.

www.corrida-bulloise.ch www.bulle.ch